Vous êtes ici : Accueil » #quinzaine50

50e édition du 9 au 19 mai 2018

#quinzaine50

50 ans ça se fête !

C’était un temps déraisonnable…

Au sud, des dirigeants soutenus par leurs peuples se soulevaient contre l’autorité de l’Oncle
Sam. En Europe de l’Est, les autres maîtres de la planète tremblaient sur leurs bases. En France, en Italie, en Espagne…, les futures élites, mais aussi les ouvriers, descendaient dans la rue contre la société de consommation, de Gaulle et la démocratie chrétienne, Franco et Salazar, les néonazis et l’impérialisme américain…

Dans cette agitation universelle, le cinéma ne fut pas en reste. La Quinzaine est née à la fin de ces années 60, dans le sillage des nouveaux cinémas qui remuèrent les écrans du Brésil, d’Italie, de Pologne et de Tchécoslovaquie, d’Argentine, de Yougoslavie, de Suède et qui allaient changer le cinéma américain. Un peu partout un nouveau souffle balaya le cinéma, avec un style, des partis pris inédits et un intérêt pour les problèmes politiques et sociaux du temps.
Depuis 1969, la Quinzaine des Réalisateurs met à l’honneur des films qui bousculent, des films empreints de l’esprit du monde, choisis par une équipe de passionnés et partagés avec un public unique par son enthousiasme et sa réceptivité.
En cela, elle reste fidèle à l’esprit de ceux qui ont eu l’idée de cette programmation, en 1968…
À travers un livre, une exposition, une création sonore, c’est cet esprit des premières années que nous voulons faire revivre.

Le livre

Quinzaine des Réalisateurs, les Jeunes années 1967-1975

En 1968, de nombreux jeunes cinéastes français pensent que le Festival de Cannes, ronronnant, devrait être réformé. Il faut dire que la sélection des films tient plus de l’exercice diplomatique que d’une vision artistique. Mais on ne bouleverse pas si facilement une telle institution. Alors, puisque les hautes insta
nces du festival résistent, il faudra créer un autre festival, en marge du premier. Ainsi naîtra la Quinzaine des Réalisateurs en 1969. Un jeune homme, Pierre-Henri Deleau, animateur d’un ciné-club lillois, est nommé à sa tête. Il y restera trente ans. Ils ne sont pas nombreux, pourtant, ceux qui auraient parié sur l’avenir de l’aventure, tellement elle est périlleuse et chaotique : il faut tout inventer.
Mais la Quinzaine arrive au bon moment. Accompagnant les secousses politiques qui agitent le monde, de nouvelles cinématographies voient le jour aux quatre coins du globe. Du Canada, des États-Unis et d’Amérique latine, mais aussi d’Europe de l’Est, d’Italie, de Grande-Bretagne, d’Allemagne ainsi que du Japon ou d’Afrique, émergent de jeunes cinéastes qui bousculent les académismes. La Quinzaine devient naturellement leur terre d’asile. Et cela dure depuis 50 éditions.
Bruno Icher retrace la fièvre de ces premières années, émaillée de témoignages et d’anecdotes, où l’enthousiasme des pionniers parvient à faire tomber les obstacles.
Benoît Grimalt illustre ce récit de dessins pleins d’humour.

Lundi 14 mai

Création sonore

Cinéma(s) en liberté, mémoires sonores

Des affiches, il y en a. Des extraits de films aussi. Des photos… il en manque. Mais comment recueillir et restituer les témoignages des acteurs de l’époque ? La Quinzaine a demandé au créateur sonore Benoît Bories de les rencontrer. Mais il ne s’agit pas de simples interviews. Il s’agit d’un voyage sonore, tout à la fois joyeux et mélancolique, qui nous replonge dans les premières années de la Quinzaine et entre en résonnace avec le présent.
Cinéma(s) en liberté, mémoires sonores est une création sonore conçue comme une conversation imaginaire entre des personnes qui ont crée ou fait la Quinzaine pendant ses trois premières années, de 1969 à 1971. Les récits au « je » s’entremêlent pour constituer une histoire collective de la Quinzaine. Dans cette composition, les évocations du passé résonnent avec les sonorités du festival actuel pour créer une musique à la tonalité de l’esprit de ces années si particulières.

Lundi 14 mai

L’exposition

Cinéma(s) en liberté Quinzaine des Réalisateurs 1969-1972

La société de la fin des années 60 et du début des années 70 connaît de profonds bouleversements sociaux, politiques et culturels. Dès sa création, la Quinzaine est le reflet des ces bouleversements et la vitrine d’un cinéma qui, partout dans le monde, se réinvente. Au Brésil, en Italie, aux États-unis, en Suisse, au Canada, au Japon, en Allemagne, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, en Pologne, au Sénégal, en Egypte… les cinéastes explorent de nouvelles formes, alors que le cinéma expérimental (Fluxus, Zanzibar, Factory) secoue les académismes, que le cinéma érotique nargue la morale et que le cinéma politique se confond avec un cinéma militant.
La toute nouvelle Quinzaine deviendra naturellement le lieu où s’exprimera sans entraves ce Cinéma en liberté (nom donné à la première édition).
À travers des textes, des photos, des vidéos, des affiches, des extraits de films et des témoignages sonores, l’exposition proposera de s’immerger dans les quatre premières années de la Quinzaine et de découvrir en quoi elles peignent un tableau de l’époque. Une exploration ludique et passionnante qui donnera certainement envie aux visiteurs de voir ou revoir des films pour la plupart devenus cultes.

Coup d’oeil sur l’exposition

Plongez dans l’ambiance des premières années de la Quinzaine et découvrez l’atelier Mashup table.

Lundi 14 mai

L’anniversaire

Au Théâtre Croisette

Edouard Waintrop invite Pierre-Henri Deleau, Délégué Général de la Quinzaine de 1969 à 1999, pour célébrer les jeunes années de la manifestation, à l’occasion de sa 50e édition.
Tous les réalisateurs sélectionnés à la Quinzaine seront invités à rejoindre les festivités.

Au programme : immersion dans une création sonore suivie de la projection d’un film surprise.

Du 10 au 14 mai

Fanzine

50 éditions de la Quinzaine – 5 décennies – 5 fanzines

Chaque numéro est orchestré par des réalisateurs passés par la Quinzaine, qui offrent aux lecteurs leurs regards sur ces 5 décennies de cinéma.
Court, ludique et libre, les fanzines prennent la forme que les réalisateurs ont souhaité et sont destinés au public de la Quinzaine, fidèle, éclectique et cinéphile.

Ont participé

Naomi Kawase, Atom Egoyan, Pablo Larraín, Jim Jarmusch, Xavier Dolan, the Safdie brothers, Chloé Zhao, Damien Chazelle, Ken Loach, Houda Benyamina, Alejandro Jodorowsky, Jeremy Saulnier, Anurag Kashyap, Michael Haneke, Malcolm Le Grice, George Lucas, James Ivory, Volker Schlöndorff, Arturo Ripstein, Werner Herzog, László Szabó, Luc Moullet, Alain Tanner, Mouly Surya, Spike Lee, Rachid Djaïdani, Masao Adachi.

(Re)Ecouter Les Playlists

Fanzine #1 – playlist de Damien Chazelle
Fanzine #2 – playlist des Frères Safdie
Fanzine #3 – playlist de Jaco von Dormael
Fanzine #4 – playlist de Jim Jarmusch
Fanzine #5 – playlist de Carlos Diegues

[Édition Spéciale Quinzaine]

Pour célébrer les 50 ans de la Quinzaine des Réalisateurs, le designer français David Honnorat a réalisé une édition spéciale de sa carte de Movieland en incluant 50 films présentés à la Quinzaine.

Découvrir la carte

La Tournée internationale

Hommages à la 50e édition à travers le monde

2018-2019

Des festivals, salles de cinéma, cinémathèques et autres organismes culturels à travers le monde organisent des événements pour fêter la 50e édition de la Quinzaine des Réalisateurs : soirées spéciales, rétrospectives, cycles de films, reprise de l’exposition, signatures du livre ou carte blanche à Pierre-Henri Deleau sont au programme.
L’Institut français s’associe à la Quinzaine des Réalisateurs pour fêter sa 50e édition dans le monde
Favorisant la découverte du cinéma indépendant et l’émergence de nouveaux talents tout en défendant la liberté de création et la diversité cinématographique, la Quinzaine des Réalisateurs et l’Institut français entretiennent des affinités de longue date. En 2018, l’Institut français célèbre la 50e édition de la Quinzaine et propose des cycles hommages à travers le monde, s’appuyant sur un programme de 18 films français et africains dont il a acquis les droits.

La Rétrospective de l’édition 1969
de la Quinzaine des Réalisateurs

Reprise de l’intégralité de la Quinzaine 1969 à la Cinémathèque française
du 28 mars au 3 mai 2018

Pour la première fois dans l’histoire des festivals de cinéma, la Cinémathèque française a proposé en avril dernier un « fac-similé », c’est-à-dire la quasi intégralité d’une édition passée, celle de la première Quinzaine des Réalisateurs en 1969.

Voir le programme

Nos partenaires