Vous êtes ici : Accueil » 1971 » Thx 1138

51e édition du 15 au 25 mai 2019

Thx 1138

Quinzaine 1971, Long métrage, 1h28'

Synopsis

Au XXVe siècle, dans une cité souterraine qui ressemble à une termitière humaine où chacun s’identifie par un code de 3 lettres et 4 chiffres, THX 1138 est un technicien tout à fait ordinaire travaillant sur une chaîne d’assemblage de policiers-robots. Un jour, il commet pourtant un acte irréparable : lui et sa compagne LUH 3147 font l’amour dans une société qui l’interdit formellement. Pour THX 1138, c’est désormais la prison qui l’attend…

Réalisateur

George Lucas

George Lucas naît le 14 mai 1944 à Modesto en Californie où il passe toute son enfance dans le ranch familial de ses parents. Son père, George Walton Lucas, Senior (1913–1991), tient une papeterie (L.M Morris) et sa mère, Dorothy Ellinore Bomberger Lucas, souffre de problèmes de santé qui l’obligent à faire régulièrement de longs séjours à l’hôpital. Le jeune Lucas déteste les études. Fanatique de courses automobiles, il rêve de devenir un jour pilote professionnel. En 1962, à l’âge de dix-huit ans, il a un terrible accident de voiture au volant de sa Fiat Bianchina préparée pour les courses locales. Sa ceinture de sécurité cède, il est projeté hors de son véhicule et s’en sort miraculeusement. Il reste malgré tout plusieurs jours dans le coma et six mois à l’hôpital. Sorti d’affaire et convaincu que le destin lui a octroyé un sursis, il ne reprend plus le volant et se remet aux études. Intéressé par la photographie, il s’inscrit à l’Université de la Californie du Sud (USC) de Los Angeles et, suite à une « erreur » d’inscription de sa part, se retrouve dans un cours de cinéma pour lequel il se développe rapidement une passion. Il y réalise des courts métrages comme Look At Life, Freiheit, THX 1138 4EB, The Emperor et 6-18-67, qui dénotent déjà son sens du découpage et du montage, et pour lesquels il obtient l’encouragement de ses professeurs. Lucas étudie également la mythologie dont il est féru ; l’influence de Joseph Campbell sera d’ailleurs palpable dans ses travaux ultérieurs[1]. Après avoir remporté un concours, il décroche un stage de six mois aux studios Warner Bros où il souhaite travailler dans le département d’animation. Mais celui-ci venant tout juste de fermer, il se retrouve sur le seul film en tournage à l’époque : La Vallée du bonheur (Finian’s Rainbow), réalisé par Francis Ford Coppola. Sur ce plateau où la moyenne d’âge est de quarante-cinq ans, les deux « jeunes » se lient rapidement d’amitié et Coppola autorise Lucas à assister au tournage à condition que celui-ci lui trouve « une bonne idée par jour »[2]. George Lucas épouse Marcia en 1969 et fera l’adoption de trois enfants : Amanda en 1981, Katie en 1988 et Jett en 1993. En 1969, après avoir obtenu son diplôme, il co-fonde avec son ami Francis Ford Coppola la société de production American Zoetrope, afin de gagner son indépendance vis-à-vis des studios Hollywoodiens. Toutefois, après l’échec commercial de THX 1138 et malgré le succès critique de ce premier long métrage sorti en 1971, il fait faillite avec une dette envers Warner Bros et crée une nouvelle société : Lucasfilm Ltd. En 1973, Lucas réalise son deuxième film, American Graffiti, une comédie dramatique hautement autobiographique dans laquelle il dépeint la jeunesse américaine du début des années 1960. En offrant son premier rôle à un jeune acteur, un certain Harrison Ford, il initie une collaboration des plus fructueuses. Après le succès remporté par American Graffiti, Lucas planche sur le scénario de la saga de science-fiction Star Wars qui allie quête initiatique, mondes merveilleux, mythologie et combats spatiaux. Le projet est présenté à plusieurs studios avant d’être retenu par Twentieth Century Fox qui accorde au réalisateur un budget de dix millions de dollars. Pour prendre en charge la colossale quantité d’effets spéciaux nécessaire à la création de son épopée intergalactique, Lucas fonde en 1975 la société Industrial Light & Magic (ILM). Mais le tournage s’avère laborieux et Twentieth Century Fox remet sérieusement en doute le potentiel commercial de ce « film pour enfants »… Le premier volet de la saga, Star Wars : épisode IV – Un nouvel espoir sort aux États-Unis le 25 mai 1977. C’est un raz-de-marée sans précédent au box-office, un des plus grands succès de l’histoire du cinéma. Ce film, en plus d’être une véritable révolution cinématographique, s’impose comme un phénomène culturel international. Ayant préalablement négocié les droits des suites ainsi que ceux des produits dérivés avec Twentieth Century Fox, Lucas fait fortune et devient l’un des plus importants et célèbres producteurs indépendants des États-Unis. Il produit Star Wars : épisode V – L’Empire contre-attaque en 1980 et Star Wars : épisode VI – Le Retour du Jedi en 1983. Avec ses sociétés Lucasfilm Ltd. et Industrial Light & Magic, puis en créant les compagnies Lucasfilm Games (LucasArts) en 1982 et THX Ltd. en 1983, il contribue à l’émergence de nouvelles expertises et encourage le développement de techniques de post-production avant-gardistes. Dans les années 1980, il produit d’autres grands succès populaires comme la trilogie Indiana Jones, réalisée par son ami Steven Spielberg, ou encore Willow de Ron Howard, puis participe à des projets artistiquement ambitieux tels que Mishima de Paul Schrader ou Tucker de Francis Ford Coppola. Mais il essuie également quelques échecs commerciaux qui ébranlent son empire : Labyrinthe ou Howard… une nouvelle race de héros. Par ailleurs, son coûteux divorce avec Marcia Lucas en 1983 l’oblige trois ans plus tard à revendre sa compagnie de traitement d’images de synthèse Pixar à Steve Jobs, qui lui vient de se faire évincer de la société Apple. 1999 marque le retour en grande pompe de Star Wars au cinéma, et celui de George Lucas sur le siège du réalisateur, après vingt-deux ans d’absence. Avec Star Wars : épisode I – La Menace fantôme, Lucas initie une seconde trilogie, dont l’action précède chronologiquement la première. Suivront Star Wars : épisode II – L’Attaque des clones en 2002 et Star Wars : épisode III – La Revanche des Sith en 2005. En 2006, George Lucas se lance dans la production du très attendu quatrième volet d’Indiana Jones, retardée depuis plusieurs années faute d’un scénario « à la hauteur » et en raison de la difficulté de concilier les horaires chargés des autres maîtres d’oeuvre de la série, Steven Spielberg et Harrison Ford. Il renoue également avec Star Wars en annonçant deux séries télévisées en phase de pré-production : la première sera consacrée à la guerre des Clones en animation 3D et la seconde se situera chronologiquement entre Star Wars : épisode III – La Revanche des Sith et Star Wars : épisode IV – Un nouvel espoir (La Guerre des étoiles).

Donald Pleasence
Ian Wolfe
Maggie Mac Omie
Robert Duvall

Scénario
George Lucas Walter Murch

Prod : American Zoetrope Francis Ford Coppola