Vous êtes ici : Accueil » 1990 » Stille Betrüger

51e édition du 15 au 25 mai 2019

Stille Betrüger

Quinzaine 1990, Long métrage, 1H24

Synopsis

Il fallait que je fasse mon film de diplôme, mais j’ai voulu le produire sans aucune aide extérieure, ni de la télévision, ni des organismes officiels de subventions. Je n’avais pas envie de rendre compte de ce que je faisais à qui que ce soit. Et puis je me suis dit que je ferais un film axé sur les dialogues. J’avais envie de parler, de faire un film pour les acteurs, de filmer leurs émotions, leurs regards, leurs gestes, leurs visages. Enfin, j’ai décidé d’adopter un découpage classique à l’aide de champs contre-champs, afin de pouvoir décider de la forme, de la structure et du rythme définitifs au montage. Mais toutes ces décisions dépendant les unes des autres, et ce à tous les niveaux de la production, j’ai donc été obligé de faire au plus simple. J’ai choisi une histoire et des personnages qui m’étaient proches, mais le processus de fiction m’a permis de grossir le trait et de faire vivre une véritable expérience à mes personnages. Les conséquences de leurs actes sont outrées et automatiques, ce qui souligne l’aspect ridicule de notre comportement dans la vie quotidienne… Ce film est une sorte d’essai ironique sur l’amour. Cela commence comme un jeu, puis le ton devient plus grave. A mesure que les protagonistes perdent le contrôle de ce jeu, le film se transforme : les dialogues se font plus rares et la structure du film devient plus dramatique. Comme dans la vie… Beat Lottaz

Réalisateur

Beat Lottaz

Né à Bâle. Il étudie la peinture à Bâle et l’ethnologie à Zurich, puis, en 1983, entre à l’Académie Allemande du Cinéma et de la Télévision de Berlin (DFFB), où il étudie sous la direction de Krzysztof Kielowski. Il a tourné quelques courts métrages entre 1982 et 1984 (dont «Retouche» en 1984, co-réalisé avec Dieter Funk), et a participé aux longs métrages de Jörg Helbling («Zum Beispiel Sonja W!», 1985) et Raoul Peck («Haitien Corner», 1987, dont il a co-signé le scénario). Il a également collaboré à l’écriture de «Aus allem raus und mitten drin», un long métrage de Pius Morger (1986). «Stille Betrüger» est son premier long métrage.

Andreas Schmidt
Annemarie Knaak
Jale Arikan
Muzzu Muzzulini

Scénario
Beat Lottaz

Image
Rainer Meissle

Son
Sabina Belcher

Montage
Susanne Peuscher

Musique
Mariaus Odagiu

Décors
Ulrike Denk

Production :Beat Lottaz à Berlin Vente à l’étranger : Beat Lottaz, Imago Z à Berlin

Titre VO : Un tricheur endormi