Vous êtes ici : Accueil » 1978 » Renaldo And Clara

51e édition du 15 au 25 mai 2019

Renaldo And Clara

Quinzaine 1978, Long métrage, 3h52

Synopsis

J’ai fait « Renaldo and Clara » pour un groupe de gens très précis et pour moi-même, de la même façon que j’ai écrit « Blowin’ in the Wind » and « The Times They Are A-Changin’ ». C’est tout. Mon film parle principalement de l’identité, de l’identité de chacun. Il met à nu l’aliénation du moi intérieur par rapport au moi extérieur, aliénation portée à son extrême. Il parle aussi de l’intégrité, du fait que l’on doit être fidèle à son subconscient, son inconscient, son « superconscient » et à son conscient. L’intégrité est un des aspects de l’honnêteté. Cela est lié à la connaissance de soi. … L’art est un moyen perpétuel de procurer l’illusion. La plus haute ambition de l’art est d’inspirer. Que peut-on souhaiter de mieux que d’inspirer les gens ? J’ai mon point de vue et ma vision personnelle des choses et rien ne peut les modifier parce que c’est la seule chose qui m’appartient. Je n’ai rien à vendre. … Je ne peux pas croire que des gens trouvent qu’un film de quatre heures c’est trop long. Comme s’ils avaient tant à faire… Pour moi, le film n’est pas assez long. Vous pouvez voir un film d’une heure qui vous paraîtra durer dix heures. Je crois que la vision de « Renaldo and Clara » est assez forte pour qu’on oublie le reste. Mais peut-être allons nous être chassés de Hollywood après la sortie du film et obligés de nous exiler en Bolivie. Les Américains sont des gens gâtés ; ils attendent que l’art soit comme du papier peint, posé là, sans aucun effort. Bob DYLAN

Réalisateur

Bob Dylan

Né en 1941, Bob Dylan, de son vrai nom Robert Zimmermann, a commencé à se passionner pour le rock’n’roll et le rythm’n’blues dès l’âge de 15 ans, rêvant de devenir une vedette aussi connue qu’Elvis Presley. Il découvre le folk song à 18 ans, alors qu’il est étudiant à Minneapolis. Très impressionné par Woodie Guthrie, il commence à chanter dans les cabarets locaux et en 1962 décide de prendre le chemin de New York. Il découvre Greenwich Village où la “folk scene” est en pleine effervescence, trouve quelques engagements dans des clubs puis enregistre son premier album en 1962 pour la Columbia. Les albums suivants connaissent un succès considérables : “The Free Wheelin’ Bob Dylan” qui contient “Blowin’ in the Wind”, son premier tube, et “The Times are A-Changin”. Il est depuis devenu un mythe et a été filmé en concert ou en tournée dans “Festival” de Murray Lerner (1967), “Don’t Look Back” de D.A. Pennebaker (1968), “Concert for Bangladesh” de Saul Swimmer (1972) et “Eat the Document” de D.A. Pennebaker (1973). Il fut aussi comédien pour Sam Peckinpah dans “Pat Garrett et Billy the Kid” (1973) dont il a également écrit la musique.

Allen Ginsberg
Arlo Guthrie
Bob Dylan
Bob Neuwirth
Harry Dean Stanton
Helena Kallianiotes
Jack Elliott
Joan Baez
Roberta Flack
Ronnee Blakley
Ronnie Hawkins
Sara Dylan

Scénario
Bob Dylan

Image
David Myers, Paul Goldsmith, Howard Alk, Michael Levine

Son
Gary Bourgeois, L.A. Johnson

Montage
Bob Dylan, Howard Alk

Production : LOMBARD STREET FILMS