Vous êtes ici : Accueil » 1970 » Othon

52e édition du 13 au 23 mai 2020

Othon

Quinzaine 1970, Long métrage,

Synopsis

Des acteurs tentent de jouer dans les ruines de la Rome antique. Mais la circulation de la Rome moderne couvre leur voix.

Réalisateurs

Danièle Huillet

Icône des cinéphiles, artiste radicale et engagée, Danièle Huillet a défendu, aux côtés de son mari, le réalisateur Jean-Marie Straub, un cinéma des plus exigeants dont l’esthétique tient de l’ascèse et du dépouillement. Elle est décédée des suites d’un cancer dans la nuit du dimanche 8 au lundi 9 octobre 2006, à l’âge de 70 ans. Après des études au lycée Jules Ferry de Paris, Danièle Huillet se prépare pour l’IDHEC, mais elle refuse lors du concours d’entrée d’analyser le film Manèges d’Yves Allégret, le qualifiant indigne d’un examen. Après sa rencontre avec le réalisateur Jean-Marie Straub en novembre 1954, elle devient son épouse et toute son oeuvre va se confondre avec celle de son mari. En 1963, ils coréalisent leur premier court métrage, Machorka-Muff. Comme dans leur premier long, Non réconciliés où Seule la violence aide ou la violence règne, Straub et Huillet y questionnent la survivance du nazisme dans l’Allemagne de l’après-guerre. Les deux films sont inspirés d’écrits d’Heinrich Böll. Le couple y impose déjà un système de production particulier. Ils réalisent, écrivent, montent et produisent eux-mêmes tous leurs films afin de maintenir leur indépendance créative. En 1967, Chronique d’Anna-Magdalena Bach les impose comme les principaux représentants d’un nouveau cinéma remettant en cause les schémas narratifs et esthétiques traditionnels. Ils filment en plans fixes ou longs travellings des textes adaptés d’oeuvres littéraires ou d’opéras. Lire plus…

Jean-Marie Straub

Icône des cinéphiles, artiste radicale et engagée, Danièle Huillet a défendu, aux côtés de son mari, le réalisateur Jean-Marie Straub, un cinéma des plus exigeants dont l’esthétique tient de l’ascèse et du dépouillement. Elle est décédée des suites d’un cancer dans la nuit du dimanche 8 au lundi 9 octobre dernier, à l’âge de 70 ans. Naissance des Straub-Huillet Après des études au lycée Jules Ferry de Paris, Danièle Huillet se prépare pour l’IDHEC, mais elle refuse lors du concours d’entrée d’analyser le film Manèges d’Yves Allégret, le qualifiant indigne d’un examen. Après sa rencontre avec le réalisateur Jean-Marie Straub en novembre 1954, elle devient son épouse et toute son oeuvre va se confondre avec celle de son mari. En 1963, ils coréalisent leur premier court métrage, Machorka-Muff. Comme dans leur premier long, Non reconciliés où Seule la violence aide ou la violence règne, Straub et Huillet y questionnent la survivance du nazisme dans l’Allemagne de l’après-guerre. Les deux films sont inspirés d’écrits d’Heinrich Böll. Le couple y impose déjà un système de production particulier. Ils réalisent, écrivent, montent et produisent eux-mêmes tous leurs films afin de maintenir leur indépendance créative. En 1967, Chronique d’Anna-Magdalena Bach les impose comme les principaux représentants d’un nouveau cinéma remettant en cause les schémas narratifs et esthétiques traditionnels. Ils filment en plans fixes ou longs travellings des textes adaptés d’oeuvres littéraires ou d’opéras.

Adriano Apra
Anne Brumagne
Anthony Pensabene
Eduardo de Gregorio
Ennio Lauricella
Jean-Claude Biette
Jean-Marie Straub
Léo Mingrone
Marilù Parolini
Olimpia Carlisi
Sergio Rossi

Scénario
Pierre Corneille

Titre VO : Yeux ne veulent pas en tout temps se fermer, ou