Vous êtes ici : Accueil » 1997 » Moe No Suzaku

51e édition du 15 au 25 mai 2019

Moe No Suzaku

Quinzaine 1997, Long métrage, 1 h 35

Synopsis

Nishiyosino-mura est un village forestier, célèbre pour ses cèdres. Yoshino. Kozo Tahara est le père d’une famille qui vit de la sylviculture depuis des générations. En 1971, la crise économique frappe le village de plein fouet, obligeant la plupart des habitants à partir. La même année, on évoque la construction d’un tunnel, pour pouvoir améliorer l’accès au village. Kozo, qui mène une existence modeste en compagnie de sa mère Sashiko, de sa femme Yasuyo, de son neveu, Eisuke, dont la mère a quitté le village, et de sa fillette adorée, Michiru, se passionne soudain pour la construction de ce tunnel, qui symbolise son rêve d’un avenir meilleur. Mais, à mi-chemin, la construction du tunnel est abandonnée. Quinze années passent. La famille Tahara mène une existence précaire et dépend à présent financièrement de Eisuke : il travaille dans un bar en dehors du village. Yasuyo a pris un emploi à mi-temps dans ce même bar. Michuru est devenue une adolescente et ses sentiments envers Eisuke, qu’elle a toujours aimé comme un frère, se transforment soudain. Quant à Eisuke, séparé de sa mère depuis son enfance, il éprouve une profonde affection pour Yasuyo. Un beau jour, Kozo quitte la maison avec sa caméra 8mm préférée’

Réalisateur

Naomi Kawase

En remettant le Carrosse d’Or à Naomi Kawase, la SRF salue l’oeuvre d’une réalisatrice indépendante considérée comme l’un(e) des cinéastes majeur(e)s du Japon, dont la cinématographie est instigatrice d’un profond renouveau. Mais c’est aussi un lien plus profond et presque plus secret ou plus intime qui unit les cinéastes de la SRF à Naomi Kawase. Creusant le sillon d’un cinéma qui explore sans discontinuer les interstices et les frontières, et qui oscille toujours entre plusieurs mondes possibles, c’est en étant sélectionnée à la Quinzaine des Réalisateurs pour son premier film, Suzaku, que Kawase reçoit la Caméra d’Or à Cannes en 1997, entamant ainsi son singulier parcours de cinéaste de renommée internationale. Née en 1969 à Nara, Naomi Kawase a d’abord réalisé des films expérimentaux tout en enseignant à la prestigieuse école de photographie d’Osaka dont elle est diplômée, avant de rencontrer une reconnaissance internationale dès son premier film documentaire Dans ses bras (1992), au cours duquel elle part à la recherche de son père. En 2002, l’ensemble de son oeuvre est montrée à Paris à la Galerie nationale du Jeu de Paume. De Shara (2003) à Nanayomachi (2008), de Dans le silence du Monde (2001) à la Forêt de Mogari (Grand prix du jury du Festival de Cannes 2007), elle réinvente un chemin cinématographique singulier au travers d’une oeuvre audacieuse et exigeante. Pascale Krief, réalisatrice

Jun Kunimura
Kotaro Shibata
Machiko Ono
Sachiko Izumi
Yasuyo Kamimura

Scénario
Naomi Kawase

Image
Masaki Tamura

Son
Osamu Takizawa

Montage
Shuichi Kakesu

Musique
Masamichi Shigeno

Décors
Etsuko Ypshida

PRODUCTION : Bitters End Inc. 101 Villa New Century, 10-5 Sakuragaoka-cho, Shibuya-ku, Tokyo 150 Tél. : (81-3) 3462 0345 Fax : (81-3) 3462 0621 VENTE A L’ETRANGER : Seawell Films 45, rue Pierre Charon, 75008 Paris Tél. : 01 47 20 18 73 Fax : 01 47 20 15 43

Titre VO : Suzaku

Récompenses

Caméra d’or