Vous êtes ici : Accueil » 2017 » L’Amant d’un jour

51e édition du 15 au 25 mai 2019

L’Amant d’un jour

Quinzaine 2017, Long métrage, 1h16
Première Mondiale, Film concourant à l'Oeil d'Or, Film concourant à la Caméra d'Or

Synopsis

C’est l’histoire d’un père et de sa fille de 23 ans qui rentre un jour à la maison parce qu’elle vient d’être quittée, et de la nouvelle femme de ce père qui a elle aussi 23 ans et vit avec lui.

Réalisateur

Phillipe Garrel

Philippe Garrel est un réalisateur et acteur français. Il reçoit le Prix Jean-Vigo pour L’Enfant secret en 1982. Il est deux fois récompensé à la Mostra de Venise par le Lion d’argent du meilleur réalisateur, en 1991 pour J’entends plus la guitare et en 2005 pour Les Amants réguliers, pour lequel il reçoit également le prix Louis-Delluc. Ses réalisations reviennent souvent sur la jeunesse contestataire des années 1960 à laquelle il appartient.

Eric Caravaca
Esther Garrel
Louise Chevillotte

Scénario
Jean-Claude Carrière, Caroline Deruas, Arlette Langmann, Philippe Garrel

Image
Renato Berta

Son
François Musy

Décor
Manu de Chauvigny

Montage
François Gédigier

Musique
Jean-Louis Aubert

Production
SBS Films
29 rue Danielle Casanova
75001 Paris – France
+33 1 45 63 66 60
contact@sbs-productions.com

Ventes à l’étranger
SBS International
29 rue Danielle Casanova
75001 Paris – France
+33 1 45 63 66 60
k.chneiweiss@sbs-productions.com

Distribution
SBS Distribution
29 rue Danielle Casanova
75001 Paris – France
+33 1 45 63 66 60
k.chneiweiss@sbs-productions.com

Presse France
Agnès Chabot
agnes.chabot9@orange.fr
+33 1 44 41 13 48

Presse Internationale
Viviana Andreani
viviana@rv-press.com
+33 1 42 66 36 35

Récompenses

Prix SACD 2017

Revue de presse

« Philippe Garrel fidèle à ses passions dans le splendide “L’Amant d’un jour” » / Télérama
« Une fiction épurée, au charme mélancolique » / Les Echos
« Philippe Garrel poursuit son exploration vibrante des aléas du désir » / Le Monde
« Dans «l’Amant d’un jour», on aime, on se trompe et on se blesse à n’en plus finir. Jusqu’à ce que la douleur s’efface et que tout recommence » / Libération