Vous êtes ici : Accueil » 1982 » Heatwave

51e édition du 15 au 25 mai 2019

Heatwave

Quinzaine 1982, Long métrage,

Synopsis

Portrait subjectif de la vie à Sydney de nos jours. Mosaïque de réalisme et de surréalisme. Sydney est une ville qui prête aux commérages sur la délinquance et les combines des mlieux d’affaires. Assez grande pour en répandre par milliers, suffisamment petite pour qu’ils soient entendus. Il y circule perpétuellement des phrases comme… « je pourrais faire sauter cette ville si je disais tout ce que je sais… ». La plupart du temps, ces informations proviennent de l’ami d’un ami. Mais il y a toujours un chaînon manquant. Une certaine paranoïa semble être devenue de règle parmi les habitants de Sidney, un malaise qui paraît être en désaccord avec la beauté apparente et le calme de la ville. Particulièrement pendant l’été-lorsque le port scintille comme un joyau étincelant et que la ville se fait l’écho des bruits des cigales et des retransmissions de tournois de cricket. La chaleur semble alors plonger dans la torpeur les habitants de Sidney, qui attendent la fraîcheur du Sud. Mais celle-ci arrive toujours trop tard pour apaiser les tensions provoquées par les vagues de la chaleur estivale, pour purifier et apaiser Sidney. Bref entracte. Quelques jurs plus tard, la vague de chaleur s’abat de nouveau sur la ville… Phillip NOYCE

Réalisateur

Philip Noyce

Né en Australie, il est parti avec sa famille à Sydney. A 18 ans, il a réalisé un court-métrage: Better to Reign in Hell. Il a étudié à l’école nationale de cinéma où il a réalisé Castor et Pollux, un documentaire de 50 minutes qui a remporté le Prix du meilleur court-métrage australien. Son premier film professionnel a été un documentaire de fiction puis il a réalisé un road movie. En 1978, il a réalisé et co-écrit Newsfront qui a reçu en Australie le Prix du Meilleur Film, du Meilleur Réalisateur et du Meilleur scénario. Noyce est rentré en Australie après 12 ans passé à Hollywood et a sorti 2 films simulta nément en 2002, eux aussi couronnés de succès. Catch Fire a été désigné en tête des films indépendants de 2006 par le National Board of Review aux Etats-Unis. Noyce a aussi travaillé pour la télévision.