Vous êtes ici : Accueil » 1992 » Hay Que Zurrar A Los Pobres

50e édition du 9 au 19 mai 2018

Hay Que Zurrar A Los Pobres

Quinzaine 1992, Long métrage, 1 H 30

Synopsis

A la pension Ezequiel, cohabite un groupe de marginaux déshérités qui forme une vraie Cour des Miracles : Delfin, vieux chanteur de zarzuela, obsédé par le souci d’éliminer toute trace de pilosité sur son corps qu’il considère comme le signe apparent d’une obscure sexualité qu’il tente de réprimer ; Khouma, mauritanien, vendeur d’objets de son Afrique natale et de rêves en forme de poudre blanche ; Fabiola et Gervosia, un couple fatigué de faire l’amour  » in vivo  » dans un lieu morbide ; Virginia, une célibataire employée dans une mercerie qui reçoit des lettres qu’elle n’ouvre jamais de peur d’être confrontée au temps qui passe et aux mauvaises nouvelles ; Monica, employée depuis toujours à la pension, amère et ambitieuse… Le vieux Ezequiel les surveille tous, contrôlant perpétuellement les horaires et les comportements de chacun. Lorsqu’il meurt, l’anarchie s’installe au sein de ce microcosme…

Réalisateur

Santiago San Miguel

Né à San Sebastian. Il fait des études de sciences politiques puis de cinéma à l’Ecole officielle de cinématographie de Madrid. Scénariste et critique pour les revues ” Cuadernos de Arte y Pensamiento “, ” Nuestra Realidad ” et ” Nuestro Cine “, il tourne à partir de 1962 plusieurs courts et moyens métrages et met en scène un spectacle théâtral, ” Justas y torneos medievales ” en 1966. En 1967, il quitte l’Espagne pour le Vénézuela, où il occupe d’importantes fonctions dans le domaine de la publicité. Il y tourne de nombreux spots ainsi que 78 documentaires de la série ” Viajando con Polar “. Il met également en scène des pièces de théâtre et participe activement à la renaissance de la cinématographie vénézuélienne des années 70, en étant à l’origine de la création de l’Associationnationale des auteurs de cinéma et de la Chambre syndicale des producteurs de longs métrages. En 1976, il décide de se consacrer exclusivement à la réalisation, et de retour en Espagne, crée Opalo Films, puis Moria Films, deux compagnies de production. Il a signé six longs métrages pour le cinéma et a produit ou co-produit plusieurs films espagnols ou vénézuéliens.

Ana Leza
Francisco Casares
Francisco Merin
Juan Ribo
Mireia Ros
Mulie Jarju
Perla Vonasek
Sandra Toral

Scénario
Santiago San Miguel

Image
Jose Luis Alcaine

Son
J.A. Arigita, Jose Lumbreras

Montage
Luis Villar

Musique
Airs traditionnels

Décors
Isabel Dorante, Jaime Llorente

PRODUCTION : Altair P.F. S.A. Moria Films S.A. VENTE A L’ETRANGER : Altair P.F. S.A.

Titre VO : Pas de pitié pour les pauvres