52e édition

Fuses

Quinzaine 1969, Court métrage,

Synopsis

En tant que peintre, je n’ai jamais accepté qu’aucune partie du corps soit sujette à un quelconque tabou visuel ou tactile. J’ai été libre d’examiner le celluloïd même, le brûlant, le cuisant, le coupant, le peignant, trempant mes métrages dans l’acide, fabriquant de denses épaisseurs de collage et de complexes montages A et B au seul moyen de trombones.«Le film de Schneemann est outrageusement érotique, transcendant la surface sexuelle pour communiquer son véritable esprit, son sens comme activité essentielle pour elle-même et judicieusement pour toutes les femmes.» B. Ruby Rich.