Vous êtes ici : Accueil » 1969 » Fuses

52e édition du 13 au 23 mai 2020

Fuses

Quinzaine 1969, Court métrage,

Synopsis

En tant que peintre, je n’ai jamais accepté qu’aucune partie du corps soit sujette à un quelconque tabou visuel ou tactile. J’ai été libre d’examiner le celluloïd même, le brûlant, le cuisant, le coupant, le peignant, trempant mes métrages dans l’acide, fabriquant de denses épaisseurs de collage et de complexes montages A et B au seul moyen de trombones.«Le film de Schneemann est outrageusement érotique, transcendant la surface sexuelle pour communiquer son véritable esprit, son sens comme activité essentielle pour elle-même et judicieusement pour toutes les femmes.» B. Ruby Rich.

Réalisateur

Carol Schneemann

Ses performances s’inscrivent comme une provocation féministe à l’idée patriarcale selon laquelle les femmes peuvent être lues et interprétées. Elle a utilisé son corps à travers la performance, la danse, les films, la peinture, le dessin, la photo, la vidéo…Née dans une petite ville du Kentucky, elle s’est installée à New York. Elle s’est intéressée plus particulièrement à la NY School of painting et à ses recherches visant à repousser les limites du tableau et de la peinture traditionnelle. Elle a participé à des performances d’autres plasticiens comme Claes Oldenburg, Bob Rauschenberg et Robert Morris. Avec Eye Body, elle a peint son corps cuovert de serpents, son atelier servant de scène de jeu de miroirs, de cordes, de bâches, de colle… Dans Up to and Including her Limits en 1976, accrochée à un harnais, le corps suspendu, en gravitation, elle expérimentait l’espace pictural aux limites de son corps ainsi contraint. Son œuvre dérangeait, elle a scandalisé le public par un film qui fut perçu comme un film porno classique. Elle a influencé de nombreuses avant-gardistes féministes et des théoriciennes féministes. Ses photographies et films sont le résultat de ces assemblages où elle est souvent intégrée dans le matériau.