Vous êtes ici : Accueil » 1990 » December Bride

51e édition du 15 au 25 mai 2019

December Bride

Quinzaine 1990, Long métrage, 1H30

Synopsis

Sexe, amour et beauté : j’ai été fasciné par un film que j’ai vu dans mon adolescence  » Le Bonheur  » d’Agnès Varda. Pour un bon catholique irlandais, il y avait là plusieurs concepts passionnants à découvrir : la possibilité qu’un homme puisse aimer deux femmes en même temps, mais aussi l’énorme culpabilité que cela déclenchait (l’une des femmes s’y suicidait). En lisant le roman de Sam Hanna Bell, ode d’une grande sensibilité à une communauté rurale en Irlande du Nord, je n’imaginais pas qu’il me rappelerait ce film. Mais  » December Bride « , en résumé, est l ‘histoire d’un  » ménage à trois  » exemplaire. Une femme qui aime (et vit avec) deux hommes. Je suis émerveillé par les films français dans lesquels les personnages parlent de sexe, d’amour et de beauté : c’est l’aisance avec laquelle ces thèmes sont évoqués qui me surprend -bien plus qu’une représentation visuelle agressive de ces actes ne pourrait le faire. Comment agirait un presbytérien de l’Ulster (ou un catholique du Sud en ce qui nous concerne) dans ce cas ? Il n’est pas dans sa nature d’aborder ces sujets. En conséquence, c’est un film sur la terre (le paysage), l’héritage et la religion (mais en vérité, c’est un film sur l’amour, la beauté et oui, le sexe aussi !). L’Irlande : la culture dominante en Irlande est le catholicisme mâtiné de nationalisme. Cependant, les traditions anglo-irlandaises et presbytériennes sont tout aussi propres à l’Irlande. En tant que catholique du Sud, je n’ai rien appris (et on ne m’a rien appris) sur ces autres cultures. Les presbytériens de l’Ulster sont généralement définis à l’aide de clichés usés jusqu’à la corde et d’une rhétorique politique déplaisante. L’image qu’on donne d’eux est grotesque et inappropriée. En tournant  » December Bride « , j’ai eu l’occasion de découvrir le charme, l’humour et la force de ces gens et j’espère les faire partager . Thaddeus O’Sullivan

Réalisateur

Thaddeus O'Sullivan

Né à Dublin, il quitte l’Irlande pour Londres à l’âge de 17 ans. Après un bref passage à l’école des beaux arts d’Ealing, il entre en 1972 à l’Art Film School. Ses études achevées en 1975, il tourne ses premiers couts métrages («A Pint of Plain» et «Flanagan») et un moyen métrage expérimental baptisé «On a Paving stone Mountain». En 1979, il séjourne à New-York où il occupe différents postes sur des films indépendants. De retour en Irlande, il est engagé comme chef opérateur sur «Travellers» de Joe Comerford et sur un court métrage réalisé par Colin Black. A Londres, il écrit et réalise «Assembled Memories», un documentaire de 34 minutes pour le Ministère de la Culture sur le peintre irlandais Jack B. Yeats, avant d’être engagé comme chef opérateur sur «When Reason Sleeps», une série produite par Channel Four. Il enchaîne ensuite sur quatre longs métrages pour le cinéma : «The Love Child», produit par le BFI, «Rocinante» de Ann et Edouardo Guede, «On the Black Hill» de Andrew Grieve et «Ladder of Swords». Il a mis en scène en 1987 un court métrage de 27 minutes interprété par Bob Hoskins qui a obtenu un vif succès : «The Woman Who Married Clark Gable». «December Bride» est son premier long métrage pour le cinéma.

Brenda Bruce
Ciaran Hinds
Donal McCann
Geoffrey Golden
Michael MacNight
Patrick Malahid
Saskia Reeves

Scénario
David Rudkin

Image
Bruno de Keyzer

Montage
Rodney Holland

Musique
Jurgen Knieper

Décors
Adrian Smith

Production : Little Bird à Londres Vente à l’étranger : Film Four International à Londres

Titre VO : La Mariée de l'hiver