L’empire Des Sens

Nagisa Oshima
 

Synopsis

« « L’Empire des Sens » est un film totalement érotique. Dire cela n’est pas affirmer une évidence, puisqu’on emploie couramment, de nos jours, l’adjectif « érotique » pour désigner toute manifestation de sexualité vulgaire, pour tout ce que les Français dans leur beau langage appellent « cochonneries », tout ce que les gens bien élevés dénomment « cul ». En regardant ce film, j’ai pensé presque à chaque instant à Mishima et à son grand livre « L’Ordalie des roses ». Dans « L’Empire des sens », c’est à une ordalie du sexe que l’on assiste. Un homme, tel Saint Sébastien attaché à son arbre, est rivé par son sexe à la femme qui l’aime et qui le fléchera mortellement de son implacable amour. Il est presque banal de citer, à propos de cette ½uvre la célèbre définition de Georges Bataille selon laquelle l’érotisme est l’approbation de la vie jusque dans la mort… » Propos d’André Pieyre de Mandiargues dans « Positif » n°181, mai 1976

Quinzaine des Réalisateurs 1976

Long métrage, 1h44
 

Réalisation

 
 

Nagisa Oshima

Nagisa Oshima est la figure la plus emblématique de la Nouvelle Vague japonaise née durant les années soixante à la Shochiku. Diplômé en droit et politique en 1954, il est engagé dès la fin de ses études à la Shochiku où il devient assistant réalisateur aux studios d’Ofuna. Il le reste jusqu’en 1959, date à laquelle il est choisi pour tourner un film afin de rajeunir la firme. Alors influencé par le cinéma européen de Godard, Truffaut, Resnais ou Antonioni, et dans la continuité de Passions juvéniles de Ko Nakahira , il tourne donc Une ville d’amour et d’espoir (1959), un petit succès encensé par la critique lui permettant de réaliser un second film. Oshima tourne alors Contes cruel de la jeunesse (1960), qui en reprenant le thème de la révolte de la jeunesse contre la morale établie, fait scandale et remporte un vif succès auprès du public. Ce qui lui permet d’enchaîner sur deux films la même année, La tombe du soleil (1960) et surtout Nuit et brouillard au Japon (1960), une fable politique et polémique à propos du renouvellement du Pacte de Sécurité nippo-américain en 1960 et sur l’échec de la gauche à y mettre un terme. Avec sa mise en scène complexe tout en plan séquence, son aspect ultra théorique et son sujet révolutionnaire, le film est rapidement retiré des écrans et Oshima claque la porte de la Shochiku. A cette époque, le cinéaste a déjà pris position contre le cinéma de ses aînés (Ozu, Mizoguchi) dont il est le plus virulent des critiques de la Nouvelle vague nippone. Par la suite, son cinéma ne cessera donc de rompre avec le classicisme, autant formellement que thématiquement, s’intéressant à des sujets d’actualité ou de société qui auscultent, voire dissèquent le Japon. Oshima s’attaque ainsi à divers tabous moraux tels que le racisme dans Le piège (1961), La pendaison (1968) ou Le retour de trois soûlards (1968) où il critique durement le racisme anti-coréen des Japonais ; l’enfance ou la famille dans Le petit garçon (1969) et La cérémonie (1971), grande fresque où la petite histoire rencontre la grande à travers la vie d’une famille qui synthétise à la fois la tension entre tradition et modernité intensifiée dans l’après-guerre, et la mort des idéologies révolutionnaires qui y sont nées ; et le sexe en général avec Les Plaisirs de la chair (1965), Le journal d’un voleur de Shinjuku (1968), L’Empire des sens (1975), son plus grand succès, Max mon amour (1986), sur la zoophilie, ou enfin Tabou (2000) sur l’homosexualité. Dans sa longue filmographie, hétérogène mais exigeante, toujours critique voire très politique, Oshima a aussi beaucoup tourné durant les années soixante-dix pour la télévision.

portrait Nagisa Oshima
  Nagisa Oshima
 
L’empire Des SensL’empire Des SensL’empire Des SensL’empire Des Sens
 

Autres informations

Scénario

Oshima Nagisa

Image

Okamoto Kenichi

Montage

Uraoka Keiichi

Musique

Miki Minoru

Informations professionnelles

Afficher