J’ai horreur de l’amour

Laurence Ferreira Barbosa
 

Synopsis

Paris au mois d’août. Une femme sur un scooter. C’est Annie Simonin, médecin généraliste, en tailleur et talons hauts, qui sillonne les rues du 13ème arrondissement pour effectuer ses visites à domicile. Annie Simonin affronte vaillamment la réalité. En tant que médecin, elle ne doit pas faillir devant Richard Piotr, le persécuteur hypocondriaque, ou devant Laurent Blondel, le jeune homme séropositif qui refuse de se battre pour vivre. Et quand les véritables ennuis commencent, elle essaye désespérément de trouver une solution à ses problèmes, dans la vie bien sûr, mais aussi dans ses rêves. En effet, comment se débarrasser d’un dangereux persécuteur hypocondriaque, persuadé d’avoir été contaminé par elle ? Elle peut toujours rêver qu’elle l’élimine, il est bien vivant, ne la lâche plus et profère des menaces de mort. Impuissante, elle s’en remet à la psychiatrie, à la police et va même jusqu’à rencontrer un ex-tueur professionnel à la retraite. Alors quand Laurent Blondel essaye de lui parler, parce qu’il se demande comment continuer à vivre dans une vie où il n’y a plus de place pour l’amour et le désir, elle ne sait pas répondre et déçoit son attente. Elle ne se doute pas que c’est de lui que viendra son salut.

Quinzaine des Réalisateurs 1997

Long métrage, 2 h 14
 

Réalisation

 
 

Laurence Ferreira Barbosa

Après des études de cinéma et de philosophie à l’Université Paris VII, elle collabore à différents films, tout en réalisant parallélement ses premiers courts métrages. Elle tourne son premier court métrage en 1982, “Paris Ficelle”, primé au Festival de Belfort. Suivront “Adèle Frelon est-elle là ?” en 1983 (Grand Prix du Festival de Clermont -Ferrand) et “Sur les talus” en 1987, nominé aux Césars. Elle signe son premier long métrage, “Les Gens normaux n’ont rien d’exceptionnel”, en 1993, qui obtiendra notamment le Prix Georges Sadoul, le Prix Cyril Collard et le Prix Gervais. En 1994, elle tourne “Paix et amour” pour la collection télévisée “Tous les garçons et les filles de mon âge”.

portrait Laurence Ferreira Barbosa
  Laurence Ferreira Barbosa
 
J’ai horreur de l’amourJ’ai horreur de l’amourJ’ai horreur de l’amour
 

Autres informations

Image

Emmanuel Machuel

Son

Philippe Morel

Décor

Yves Fournier

Montage

Emmanuelle Castro

Informations professionnelles

Afficher