Happiness

Todd Solondz
 

Synopsis

En apparence, voilà une famille américaine typique de la banlieue chic du New Jersey : bons et loyaux Américains, tous ces personnages sont en quête de ce qu’il y a de plus insaisissable dans la vie. Les trois sœurs Jordan cherchent toujours le bonheur. Joy, 30 ans, insiste sur le fait qu’elle va de mieux en mieux, mais elle n’a pas encore rencontré l’homme parfait. Trish, sa sœur aînée, mariée, craint que Joy ne « réussisse » pas aussi bien qu’elle. Quant à Helen, auteur de best-sellers, elle s’enfonce peu à peu dans une angoisse qui ne pourra être enrayée que par quelque chose de nouveau, et de préférence salace. Pendant ce temps, leurs parents se rendent compte que les « beaux jours » n’ont rien à voir avec ce qu’ils imaginaient. Mona se retrouve en train d’avouer à un agent immobilier qu’à son âge, elle va demander le divorce, tandis que Lenny est séduit par l’idée de la mort, mais se porte décidément trop bien pour y parvenir. Et puis il y a le mari de Trish, un psychiatre refoulé, qui semble étrangement distrait, et leur fils pubère qui veut juste être un gosse « normal ». Il y a aussi le voisin d’Helen, un drôle de type qui fait toujours exprès de tomber « accidentellement » sur elle. Dans le même immeuble, une femme solitaire qui passe son temps à harceler ce voisin aux étranges manières. Et puis, dans le cours pour adultes où enseigne Joy, ce chauffeur de taxi russe qui poursuit farouchement le rêve américain. Mais soudain, un coup de fil anonyme, une visite inquiétante chez le psychiatre, et tout bascule… « Si l’on grandit en aimant et en sentant de l’amour autour de soi, même une ferme pouilleuse peut avoir du charme. »

 

Réalisation

 
 

Todd Solondz

Né à Newark, dans le New Jersey, il grandit en banlieue. Durant ses études de cinéma à la NYU (New York University), il signe trois courts métrages très remarqués, Feelings, Babysitter et Schatt’s Last Shot. Ses études achevées, il tourne un court métrage, How I Became a Leading Artistic Figure in New York City’s East Village Cultural Landscape, pour l’émission de télévision Saturday Night Live. En 1995, il réalise Welcome to the Doll House (Bienvenue dans l’âge ingrat) qui reçoit le Grand Prix du Festival de Sundance en 1996 et obtient un grand succès public et critique aux États-Unis et à l’étranger. Lire plus…

portrait Todd Solondz
  Todd Solondz
 
HappinessHappiness
 
affiche de Happiness
 

Autres informations

Image

Maryse Alberti

Son

Neil Danzinger, Damien Volpe, Tom Efinger

Décor

Therese Deprez

Montage

Alan Oxman

Musique

Robbie Kondor

Informations professionnelles

Afficher