Geschichtsunterricht

Danièle Huillet, Jean-Marie Straub
 

Synopsis

Un jeune homme rencontre un banquier, un paysan, un avocat, un écrivain, qui ont vécu l’arrivée au pouvoir de Jules César – et une ville qui lui a survécu.
Le film raconte les relations originelles entre commerce et démocratie, capitalisme et impérialisme.

Quinzaine des Réalisateurs 1973

Long métrage, 85'
Titre VO: Leçon D'histoire
 

Réalisation

 
 

Danièle Huillet

Icône des cinéphiles, artiste radicale et engagée, Danièle Huillet a défendu, aux côtés de son mari, le réalisateur Jean-Marie Straub, un cinéma des plus exigeants dont l’esthétique tient de l’ascèse et du dépouillement. Elle est décédée des suites d’un cancer dans la nuit du dimanche 8 au lundi 9 octobre 2006, à l’âge de 70 ans. Après des études au lycée Jules Ferry de Paris, Danièle Huillet se prépare pour l’IDHEC, mais elle refuse lors du concours d’entrée d’analyser le film Manèges d’Yves Allégret, le qualifiant indigne d’un examen. Après sa rencontre avec le réalisateur Jean-Marie Straub en novembre 1954, elle devient son épouse et toute son oeuvre va se confondre avec celle de son mari. En 1963, ils coréalisent leur premier court métrage, Machorka-Muff. Comme dans leur premier long, Non réconciliés où Seule la violence aide ou la violence règne, Straub et Huillet y questionnent la survivance du nazisme dans l’Allemagne de l’après-guerre. Les deux films sont inspirés d’écrits d’Heinrich Böll. Le couple y impose déjà un système de production particulier. Ils réalisent, écrivent, montent et produisent eux-mêmes tous leurs films afin de maintenir leur indépendance créative. En 1967, Chronique d’Anna-Magdalena Bach les impose comme les principaux représentants d’un nouveau cinéma remettant en cause les schémas narratifs et esthétiques traditionnels. Ils filment en plans fixes ou longs travellings des textes adaptés d’oeuvres littéraires ou d’opéras. Lire plus…

portrait Danièle Huillet
  Danièle Huillet
 

Jean-Marie Straub

Icône des cinéphiles, artiste radicale et engagée, Danièle Huillet a défendu, aux côtés de son mari, le réalisateur Jean-Marie Straub, un cinéma des plus exigeants dont l’esthétique tient de l’ascèse et du dépouillement. Elle est décédée des suites d’un cancer dans la nuit du dimanche 8 au lundi 9 octobre dernier, à l’âge de 70 ans. Naissance des Straub-Huillet Après des études au lycée Jules Ferry de Paris, Danièle Huillet se prépare pour l’IDHEC, mais elle refuse lors du concours d’entrée d’analyser le film Manèges d’Yves Allégret, le qualifiant indigne d’un examen. Après sa rencontre avec le réalisateur Jean-Marie Straub en novembre 1954, elle devient son épouse et toute son oeuvre va se confondre avec celle de son mari. En 1963, ils coréalisent leur premier court métrage, Machorka-Muff. Comme dans leur premier long, Non reconciliés où Seule la violence aide ou la violence règne, Straub et Huillet y questionnent la survivance du nazisme dans l’Allemagne de l’après-guerre. Les deux films sont inspirés d’écrits d’Heinrich Böll. Le couple y impose déjà un système de production particulier. Ils réalisent, écrivent, montent et produisent eux-mêmes tous leurs films afin de maintenir leur indépendance créative. En 1967, Chronique d’Anna-Magdalena Bach les impose comme les principaux représentants d’un nouveau cinéma remettant en cause les schémas narratifs et esthétiques traditionnels. Ils filment en plans fixes ou longs travellings des textes adaptés d’oeuvres littéraires ou d’opéras.

portrait Jean-Marie Straub
  Jean-Marie Straub
 

Autres informations

Scénario

Danièle Huillet et J.M. Straub

Image

Renato Berta

Son

Jeti Grigioni

Informations professionnelles

Afficher