Eldorado

Charles Binamé
 

Synopsis

Montréal, été 1994. Les nuits sont plus chaudes que les journées. On vit à l’extérieur sans pudeur, pour se venger de l’hiver qui fut trop long. Dans cette grande ville, nous saisissons au passage six jeunes gens en mouvance, qui se libèrent de leurs frustrations dans les rues grouillantes. Rita, la squatteuse, l’insaisissable, rescapée d’une tentative de suicide, se déplace en rollers à travers la ville, pour vandaliser les voitures, piquer des compacts discs ou vendre de la drogue. Elle squatte l’appartement de son amie Roxan. Pauvre petite fille riche, celle-ci a décidé que sa mission dans la vie était de nourrir et d’héberger les sans-abri. Henriette la névrosée cherche refuge auprès de son perroquet, de son lapin et de son psy. Lorsqu’elle rencontre par hasard Lloyd, le provoquant animateur d’une station de radio, qui cherche à masquer sa vulnérabilité, elle en tombe aussitôt raide amoureuse. Mais Lloyd, oiseau de nuit, n’a d’yeux que pour Loulou, une barmaid du club punk qu’il fréquente assidûment. Orpheline triste, celle-ci vit avec Marc qui est incapable de soulager sa douleur. Son travail de vendeur dans un magasin d’alcools l’empêche de concrétiser son rêve : devenir musicien. Eldorado est le portrait sans concession d’une ville et d’une génération.

Quinzaine des Réalisateurs 1995

Long métrage, 1 h 48
 

Réalisation

 
 

Charles Binamé

Charles Binamé débute dans les années 70 comme assistant-réalisateur au Studio de Société Nouvelle de l’ONF. A 22 ans, il passe à Radio-Québec où il signe ses premières réalisations, des documentaires et des portraits de personnalités influentes. Au théâtre, il met en scène Cocteau par Cocteau, puis interprète le rôle-titre des “Fils de la Liberté », et tourne un film dans lequel il s’investit à compte d’auteur sur un laps de temps de trois ans, Maia Fauve. Au début des années 80, il s’oriente vers une carrière de réalisateur de films publicitaires, rapidement consacrée par de nombreux prix. De 1986 à 1988, il part s’installer à Londres, où il affine son métier dans des studios d’effets spéciaux, en s’imprégnant des techniques de réalité virtuelle. C’est avec le téléfilm Un autre homme qu’il fait sa rentrée au Québec. Il enchaîne avec la série Blanche, qui obtient un vif succès au Canada et lui vaut plusieurs prix dans différents festivals tels que le New York Festival ou le FIPA.

portrait Charles Binamé
  Charles Binamé
 
EldoradoEldoradoEldoradoEldorado
 

Autres informations

Scénario

Charles Binamé, Lorraine Richard, Pascale Bussières, Robert Brouillette, James HyndmanMacha LimonchikPascale MontpetitIsabel Richer

Image

Pierre Gill

Son

Claude La Haye

Décor

André Guimond

Montage

Michel Arcand

Musique

Claude Lamothe, Francis Dhomont

Informations professionnelles

Afficher