Dead End Street

Yaky Yosha
 

Synopsis

Juillet 1977-20 heures-. Une jeune prostituée se jette sous les roues d’un camion roulant à toute allure sur l’autoroute. Deux heures plus tard, une chaîne de télévision diffuse un documentaire sur cette prostituée qui parle de ses chances de réhabiliation.

J’avais rencontré cette fille quelques mois auparavant, juste après le tournage de ce documentaire, alors qu’elle était en quête d’un travail et d’une vie décente. Je commençais à ce moment-là le tournage de ROCKINGHORSE et je l’ai engagée pour préparer des sandwiches et du café pour l’équipe. A cette époque, elle me disait qu’elle ne voulait pas que ce documentaire soit montré, car elle craignait que ce la ne réduise à néant ses chances de réhabilitation.

Elle avait parlé avec le producteur et le réalisateur, mais ils n’avaient rien voulu savoir. Je lui ai dit que je ne la croyais pas quand elle disait qu’elle ne voulait pas qu’on la voie à la télévision. C’est seulement quand elle s’est suicidée que j’ai réalisé que personne ne l’avait prise au sérieux. Nous avions essayé de l’aider, en faisant une émission T.V. sur elle, en lui donnant des petits boulots, mais nous ne l’avons jamais crue. J’ai voulu que ce film soit une expiation, pour autant qu’elle soit possible. Yaki YOSHA

Quinzaine des Réalisateurs 1983

Long métrage
Titre VO: Voie sans issue
 

Réalisation

 
 

Yaky Yosha

Né en Israël en 1951, Yaky Yosha a réalisé quatre courts métrages expérimentaux et des films publicitaires pour le cinéma et la télévision avant son premier long métrage, « Shalom, Tefilat Haderech », en 1973. « Susetz » est son second long métrage.

portrait Yaky Yosha
  Yaky Yosha
 
Dead End Street
 

Autres informations